FCAL Revue de presse francophone

Bienvenue à la toute première revue de presse francophone de FCAL !

Deux fois par mois, nous vous présenterons une compilation de liens vers des articles, billets, entretiens, réflexions et faits d’actualité portant sur la littérature, le genre sexuel, la place des femmes dans les arts et la société, le féminisme ainsi que sur d’autres questions de justice sociale.

POLITIQUE
Catherine Lévesque, journaliste au Huffington Post, annonce le 25 août 2015 que quatre des principaux partis, à l’exception des Conservateurs, auraient accepté récemment de prendre part à un débat politique portant exclusivement sur les enjeux qui touchent les femmes au Canada.
http://quebec.huffingtonpost.ca/2015/08/25/un-debat-sur-les-femmes-pourrait-avoir-lieu-sous-une-autre-forme_n_8038112.html

Le journal The Gazette confirme le 26 août 2015 que le NPD et le Parti conservateur se désistent de ce débat.
http://montrealgazette.com/news/local-news/montreal-the-moment/did-harper-and-mulcair-just-brush-off-four-million-women

Martine Delvaux, Marylise Hamelin et Pascale Navarro signent un texte qui paraît le 28 août 2015 dans Le Devoir et La Presse et critiquent le récent désistement du NPD et du Parti conservateur du débat sur la situation des femmes au Canada. Elles proposent un aperçu de cette situation autant au Canada qu’au Québec et font appel à un changement pour contrer la place insuffisante qu’accorde le gouvernement fédéral aux femmes à tous les égards. Elles se posent une question importante : « Nos aspirants au poste de premier ministre croient-ils que le sort des femmes autochtones, les coupes dans les programmes destinés à la promotion de l’égalité, les inégalités systémiques, le recul des femmes à la Chambre des communes… sont des affaires classées ?»
http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/448644/la-campagne-electorale-oublie-les-femmes
http://plus.lapresse.ca/screens/bb0a7431-5029-44ff-b7f8-866ac2d11b24|_0.html

CULTURE
Sur Le bal des absentes, un nouveau blogue littéraire qu’elle anime avec Amélie Paquet, Julie Boulanger présente une réflexion sensible et intelligente sur l’absence de Nelly Arcan des corpus littéraires au collégial. Qu’est-ce qui effraie tant dans l’œuvre aussi forte qu’exigeante d’Arcan? Boulanger y offre également des pistes d’analyse de Folle, deuxième roman de l’auteure disparue il y aura bientôt six ans.
https://lebaldesabsentes.wordpress.com/2015/08/16/folle-de-nelly-arcan/

Dans Le Devoir, Martine Delvaux se penche sur le traitement des femmes dans le cinéma grand public. Entre incitation à un narcissisme malsain et injonction à l’effacement une fois la quarantaine passée, la dynamique hollywoodienne témoigne, selon Delvaux, de l’incapacité de notre société à accepter les femmes dans toute leur diversité.
http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/444399/des-idees-en-revues-est-il-possible-d-exister-en-tant-que-femmes-au-present

Isabelle Boisclair fait le constat, dans Le Devoir, de l’absence quasi totale de l’imaginaire et de la parole des femmes sur les scènes culturelles du Québec et invite à réfléchir aux conséquences de cette exclusion.
http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/447308/scene-culturelle-ou-sont-les-femmes

Le billet « La “beauté intérieure” : une fausse bonne idée », paru sur le blogue Je suis féministe, critique la réappropriation par le féminisme pop du sujet de l’estime de soi. On propose ici des alternatives à l’idée de la beauté hétéro-normée en mettant de l’avant l’importance de rendre visible la pluralité culturelle et socio-économique sur la scène médiatique.
http://www.jesuisfeministe.com/?p=8862

ENSEIGNEMENT
Annie O’Bomsawin-Bégin, enseignante en philosophie au Cégep de Saint-Jérôme travaillant actuellement à la rédaction d’un mémoire de maîtrise sur les mouvements féministes amérindiens, est interviewée par l’Association des médias écrits et communautaires du Québec, où elle réfléchit aux différences entre « féminisme blanc » et « féminisme autochtone » et insiste sur l’importance de l’intersectionalité. Considérant qu’entre 1980 et 2012, il y aurait eu environ 1 180 de femmes autochtones déclarées disparues à travers le Canada, cet article souligne avec force le rôle fondamental des groupes féministes autochtones dans la dénonciation de la violence et de l’indifférence que subissent ces femmes.
http://www.amecq.ca/entrevue/2015/8/17/une_femme_deux_origines_un_combat/

Dans un billet non signé paru sur le site du collectif Hyènes en jupons, une enseignante au collégial reprend la question « Sexe, pouvoir et amour » posée récemment dans le contexte des universités, véhiculée entre autres grâce à la parution de l’ouvrage collectif éponyme dirigé par Martine Delvaux, Valérie Lebrun et Laurence Pelletier (Éditions du remue-ménage, 2015), et l’étend aux cégeps, en appelant à briser le tabou du climat machiste dans les institutions collégiales au Québec.
http://hyenesenjupons.com/2015/08/24/machisme-sexe-et-pouvoir-au-cegep/

Sophie Coulombe, membre du comité organisateur de la première école d’été féministe à l’Université de Montréal (https://etefeministeudem.wordpress.com/), est interviewée par la journaliste Sarah S. Champagne dans Le Devoir. Mme Coulombe s’interroge sur l’absence d’un programme d’études féministes à l’UdeM et insiste sur la nécessité de déployer des espaces de réflexion féministes dans toutes les universités francophones.
http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/445377/universite-d-ete-la-place-des-femmes-dans-les-cursus

LITTÉRATURE
Une entrevue avec Natasha Kanapé Fontaine, poète, slameuse et activiste innue qui s’impose comme l’une des voix les plus importantes du renouveau des littératures autochtones. Dans cet entretien réalisé au moment de la parution de son deuxième recueil Manifeste Assi (Mémoire d’encrier, 2014), l’auteure aborde les questions de l’identité, de l’écriture et de l’activisme.
http://artichautmag.com/natasha-kanape-fontaine-du-poeme-lactivisme/

La parution de l’ouvrage collectif Le Care. Éthique féministe actuelle dirigé par Sophie Bourgault et Julie Perreault (Remue-ménage, 2015) fait le point sur les enjeux éthiques, épistémologiques et politiques du care. L’ouvrage met en lumière la reconfiguration et la contextualisation au Québec d’une approche féministe née il y a 30 ans grâce entre autres aux travaux de Carol Gilligan (In a Different Voice. Psychological Theory and Women’s Development, 1982).
http://www.editions-rm.ca/livre.php?id=1731

En avril dernier, dans le cadre du festival Metropolis Bleu, Marie-Louise Arsenault réalisait une entrevue avec Nancy Huston. Plusieurs thèmes sont abordés dans cette conversation désormais accessible sur le site de Radio-Canada, du rôle déterminant de Barthes sur son travail d’écriture au monde de la prostitution en passant par le talent magistral de Nelly Arcan. Au cœur des réflexions et des préoccupations de Nancy Huston, une question demeure centrale : le statut des femmes — et des hommes — au sein de la famille et de la société. Elle parle aussi de son dernier roman, Bad Girl, qui porte notamment sur les relations mère-fille et elle brosse le portrait de sa mère, féministe et « femme totale » qui, dans les années 1950, a voulu pleinement endosser à la fois les rôles de mère, de femme au foyer et d’intellectuelle.
Les incontournables : portraits d’auteurs sur Radio-Canada: http://ici.radio-canada.ca/emissions/les_incontournables_portraits_d_auteurs/2014-2015/chronique.asp?idChronique=380268

INTERNATIONAL
« No Amnesty for Women » paru sur le blogue Hypathie réfléchit à la récente décision d’Amnistie Internationale (organisme non gouvernemental) à propos des droits des travailleurs et des travailleuses du sexe. Le Bureau exécutif international (panel exclusivement masculin) présente sa résolution en faveur de la décriminalisation de l’industrie du sexe. Cette résolution a une réception mitigée, car elle est considérée par plusieurs groupes, dont la Coalition contre le trafic des femmes, comme une politique qui est soutenue par des « travailleurs du sexe », mais « qui ne protège pas les “survivantes de la prostitution”» (Janice G. Raymond).
http://hypathie.blogspot.ca/

Une brève du site sisyphe.org rapporte les propos tenus par Michèle Sirois, présidente de l’organisme Pour les droits des femmes du Québec, afin de condamner la récente résolution d’Amnistie internationale sur la prostitution.
http://sisyphe.org/spip.php?breve2405

Vous aimeriez voir figurer certains liens dans notre prochain billet? Vous avez des commentaires ou des suggestions? N’hésitez pas à contacter notre équipe à l’adresse suivante : liens@cwila.com

– Adeline Caute, Julie Côté, Evelyne Ledoux-Beaugrand et Eftihia Mihelakis

Spread the word:
This entry was posted in Blog, En français. Bookmark the permalink.